Blog 1001espions


Catégories


Étiquettes


Blog 1001espions

Actualité

Espionnage : les hôtels en ligne de mire

7th juillet 2016

Le saviez vous : les hôtels sont le terrain de jeu idéal pour de nombreux espions. On vous explique pourquoi.

Hotel-bellboy-375x259

Des bases de données précieuses

Quel chef d’entreprise n’a jamais eu à loger à l’hôtel lors d’un déplacement professionnel ? Les complexes hôteliers deviennent donc des cibles de choix pour les espions industriels, comme le montre le piratage de la société Epsilon en 2011. En effet, les données personnelles de clients d’hôtels de luxe (comme le Hilton ou le Ritz) avaient alors été dévoilées. Parmi les victimes on retrouvait de nombreux chefs d’entreprises hauts placés (travaillant dans l’industrie du luxe, l’automobile, la joaillerie etc.) et dont les informations furent vendues par les pirates au plus offrant. Un problème qui souligne aussi le manque de moyens mis en place par certains hôtels afin de protéger les données de leurs clients.

Un lieu propice à l’espionnage

Mais les locaux eux-mêmes des hôtels permettent aussi aux espions d’opérer. Ainsi, ceux-ci peuvent tenter de s’infiltrer discrètement dans des conférences ou fouiller les poubelles, à la recherche de documents importants. Si le commanditaire de l’opération dispose des moyens financiers nécessaires (entre 50 000 et 100 000 euros, selon Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement), il est même possible d’organiser le cambriolage d’une chambre afin de récupérer des informations clefs.

Quelques conseils pour se protéger

Afin de lutter contre ce type d’espionnage industriel grandissant, des conseils sont cependant prodigués aux chefs d’entreprise à même de se déplacer régulièrement. Parmi eux, on notera qu’il est essentiel d’emporter tout ses documents importants (ou son ordinateur portable) avec soi en permanence et de faire attention aux informations divulguées à des étrangers (comme un employé d’hôtel ou un chauffeur de taxi).

spyjoe
Author

spyjoe

Comments

There are no comments.